Vanlife : et si on changeait de vie ?

Par Camille Raynaud

Entre douches sauvages, sérénité retrouvée et envie d’aller toujours plus loin, le voyage s’avère être une expérience bouleversante et incroyable à plus d’un titre. 

Témoignage et retour d’expérience sur un road trip en van à travers l’Europe ! En quelques chiffres : 13 pays, 10 capitales, 6 monnaies différentes, 5 mois de voyage, 6 garagistes rencontrés, 2 digital nomades, 1 chien et plus de 14 000 km au compteur. 

Petite histoire de vadrouilleurs dans l’âme

L’envie de route et de paysages nouveaux étaient ancrés en nous depuis très longtemps, avant même que l’on se rencontre. Partir plus longtemps qu’un simple week-end prolongé, prendre le temps d’apprécier, s’octroyer un break long, intense et profond.

Partir plusieurs mois d’affilés loin de chez soi demande une bonne organisation, un certain budget et un minimum de préparation. C’est aussi une histoire de bon timing. Partir avec le bon partenaire de voyage que l’on peut supporter 24 h/24, au bon moment dans nos vies respectives. Il s’avère que pour moi, je terminais un CDD et commençais à me lancer dans l’auto-entrepreneuriat tandis que mon compagnon était déjà freelance depuis plus d’1 an. Enfin, membre important, et non des moindres de l’équipage, notre carrosse qui nous conduirait jusqu’aux confins de l’Europe, je nomme le fringant camping-car C25 de 1985, Ulysse. Le pauvre n’était pas au bout de ses peines ! 

La routine ? Connais pas ! 

La vanlife est une vraie aventure. Excitante et exaltante. Pour ceux qui angoissent à l’idée de connaître la routine, essayez la vanlife, vous ne serez pas déçus ! Rencontres uniques et impromptues, découvertes insolites, mais aussi improvisations et contre-temps, le voyage nous sort de notre zone de confort. Malgré une organisation méticuleuse, la vanlife ne nous ménage pas, et c’est très bien comme ça ! 

En allant volontairement là où on est étranger, on se montre curieux, mais aussi courageux. Car la vanlife, c’est aussi des ennuis mécaniques, des aléas encore et toujours, la barrière de la langue ou le mal du pays, parfois ! Pas de panique cependant, même à des milliers de kilomètres de chez nous, nous avons réussi à aménager un vrai cocon dans Ulysse. Un minimum de confort et de sécurité pour se sentir un peu chez soi, partout où on se posait. Quel luxe ! 

Véritable découverte du monde, mais aussi de soi

Rien de mieux que de partir loin pour apprendre à mieux connaître le monde qui nous entoure, mais aussi soi-même ! En voyage, loin de tout, du confort habituel, de la routine, de la famille ou des amis, on peut opérer un recentrage sur soi et se découvrir. On découvre alors que l’on est capable de plein de choses. On ouvre son esprit à de nouvelles mentalités, à de nouvelles cultures et on ressort inévitablement grandi, mûri, changé, bouleversé. 

Le voyage permet de donner du temps à la réflexion et de voir sous un nouvel angle certaines situations ou personnes. 

Nous avons été confrontés à certaines situations intenses qu’il faut réellement vivre pour se rendre compte de la gravité. Les camps de migrants grecs, les bidonvilles de Roms à l’entrée de Sofia, les chiens et chats abandonnés en Roumanie ou les plages grecques jonchées d’ordures resteront gravées dans nos mémoires.

Retour aux choses simples, vive le minimalisme !

La vanlife rime bien évidemment avec minimalisme. En fourgon aménagé, van ou camping-car, la place est limitée. On emporte avec soi alors le strict minimum et on avise, on s’adapte. On est dans le compromis, on apprend aussi à vivre dans un endroit étroit avec l’autre, c’est déjà toute une aventure.

Avec une quantité d’eau limitée, nous espaçons les douches et trouvons des parades pour faire la vaisselle ! Soudain, nos préoccupations ne sont plus les mêmes qu’une personne sédentaire. On prend conscience de l’accès à l’eau. On fait attention à la consommation d’électricité. Nous apprenons finalement à nous contenter de peu. Nous constatons, surtout, que l’on peut vivre avec très peu, sans faire de terribles efforts ! 

Le minimalisme nous apprend à être inventifs. On opère aussi forcément un retour aux fondamentaux : l’humain avant tout, la nature, les animaux et l’importance d’échanger avec l’autre.

Une incroyable liberté qui donne le vertige

Partir plusieurs mois en voyage ainsi nous a permis de goûter à une liberté incroyable. Une liberté que l’on n’avait jamais connu auparavant. Enivrante, insolite, un peu effrayante, mais terriblement extrême, cette liberté offre un jardin différent tous les jours. Prendre l’apéro sur une plage déserte en Croatie, passer une après-midi à lire dans un pré en compagnie de chevaux en Bulgarie ou travailler en pleine forêt en Tchéquie, c’est aussi et surtout ça, la vanlife. Se sont des lieux magnifiques qu’on a le temps de savourer.

Le plus important est de prendre conscience de cette chance et d’en profiter le plus possible. Du lâcher-prise total et la liberté de ne plus regarder sa montre. Ce temps béni où l’on a pu rester 3 jours sans bouger, en Slovénie, au bord de la rivière, à regarder la pluie tomber, était juste magique.

Partir pour mieux revenir

Alors que nous étions dans Ulysse à sillonner les routes d’Europe, nous n’avons jamais autant parlé de nous fixer. Comme si nous avions eu besoin de partir loin, ensemble, pour parler de notre futur chez nous. La bougeotte donne envie de se fixer ? Je ne sais pas. Je sais, en revanche, que le voyage nous a procuré un immense bien-être, une vraie sérénité d’esprit, une intense joie, un vrai baume au cœur et un solide équilibre. 

Nous sommes revenus éreintés, mais apaisés, rêveurs et tellement plus riches, avec l’envie certaine de repartir. Bientôt. Très bientôt.

Je souhaite à tous de découvrir l’ivresse de cette liberté que procure la vanlife ! 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s